Publié le 26/05/2016
eureau SOURCES Saint-Hippolyte

La soif de développement

Exploitant 4 sites de production d’eau de source, dont l’un à Saint-Hippolyte, eureau SOURCES remplit les bonbonnes d’eau qui aliment des fontaines réfrigérantes dans toute la France. Sud Touraine Active a rencontré Raynald Chameret, directeur général du groupe.

« Nous souhaitons devenir le leader français ». Raynald Chameret affiche clairement ses ambitions. L’homme dirige eureau SOURCES, une société spécialisée dans le conditionnement d’eau de source en bonbonnes, ces grosses bouteilles de 3 ou 5 gallons (11,3 ou 18,9 litres) qui équipent les fontaines réfrigérantes. Les bonbonnes d’eureau SOURCES désaltèrent chaque jour des milliers de salariés d’entreprises et de collectivités dans la France entière. L’histoire du groupe débute en 1996. L’entreprise exploite alors la source du Puy-du-Soleil à Tessières-les-Bouliès dans le Cantal. 4 ans plus tard, la société reprend la source de Montarcher dans la Loire. « Nous avons développé notre couverture territoriale en choisissant des positions stratégiques » précise le directeur général. En 2003, eureau SOURCES s’installe à Saint-Hyppolite avec le soutien de Loches développement. « La Communauté de communes a racheté et réhabilité un bâtiment de 3 700 m² laissé à l’abandon. » Un crédit bail est signé jusqu’en 2019. Depuis le Sud Touraine, le groupe alimente ses clients dans le centre, le nord-ouest de la France et se rapproche de Paris. Ici, on pompe chaque jour 97m3 d’eau de source. Chaque année plus d’un million de bonbonnes sortent du site de Saint-Hyppolite : près de la moitié de la production actuelle du groupe. « En période de pointe, c’est-à-dire, pour nous, quand il fait chaud, jusqu’à 7 camions peuvent quitter l’usine chaque jour. Ils transportent chacun jusqu’à 1 200 bonbonnes ».

Chaque année plus d’un million de bonbonnes sortent du site de Saint-Hyppolite :
près de la moitié de la production actuelle du groupe.

« Définir une stratégie commerciale et pointer les dysfonctionnements »

Quelques années plus tard, eureau SOURCES fait l’acquisition d’un quatrième site d’exploitation à Marolles, dans l’est parisien, « pour mieux couvrir la France et se rapprocher de la zone principale de consommation». Mais le projet prend du retard. « L’équipe dirigeante de l’époque change et les investissements sont gelés. L’entreprise a commencé à végéter. Il fallait réagir. » En 2012, le président du groupe nomme Raynald Chameret, alors responsable d’une cidrerie normande, au poste de directeur général. C’est le début d’une restructuration en profondeur. « J’ai proposé de développer une réflexion stratégique en interne et un accompagnement par une compétence extérieure ». Un coach aide alors l’entreprise à définir sa stratégie et pointe les dysfonctionnements. Parmi eux : la partie commerciale. « Je m’en occupais et je n’avais le temps de gérer que les grands comptes : soit 4 clients qui représentaient 90 % de l’activité ». Le projet de Marolles est relancé et une usine de 5 700 m² sort de terre. La production démarre en 2014 : avec 800 000 bonbonnes par an, la source de Marolles devient la deuxième unité de production du groupe avec un fort potentiel de développement.  

Innovation technologique et positionnement stratégique

L’entreprise repart alors sur de bonnes bases. Même les contraintes réglementaires se transforment en opportunité de développement : «après la loi de 2015 qui interdit le bisphénol A dans les emballages alimentaires, nous avons décidé d’être acteur de cette obligation en lançant notre propre bonbonne». Des tests sont menés au sein du département R&D de Saint-Hyppolite sur 2 matériaux pouvant remplacer le polycarbonate : le PET (polyéthylène téréphtalate) et le Tritan (copolyester). C’est le PET qui sera retenu. Très utilisé dans le conditionnement des emballages alimentaires, ce plastique pose cependant un problème : il ne peut pas être lavé à haute température. Un obstacle surmonté par eureau SOURCES : l’entreprise réalise de nouveaux essais, établit un nouveau protocole de lavage/désinfection et parvient à montrer que l’on peut réduire les températures de lavage tout en respectant les normes d’hygiène. Aujourd’hui, le groupe fabrique lui-même ses nouvelles bonbonnes, jusqu’à 150 000 par an, plus faciles à manipuler, plus résistantes et design. Fort de cette première expérience, eureau SOURCES vient d’investir dans une nouvelle ligne plus automatisée.
Dernier projet en date, la création d’une cinquième source dans le sud-est de la France pour le début 2017, pour accompagner son développement avec une meilleure couverture territoriale. « Ce projet s’inscrit dans notre stratégie et nous permet de répondre aux contrats nationaux. Nous devrions passer de 2,2 à 4 millions de bonbonnes en 2 ans pour un chiffre d’affaires d’environ 4,5 millions. Cela nous permettrait de détenir plus de 50% des parts de marché contre 25% aujourd’hui ».

STA / 26 05 2016

 

Un tour sur la carte

Contact

eureau SOURCES
459, La Bondoire
37600 Saint-Hippolyte
Tél : 02 47 94 74 54
Web : www.eureausources.com